“Coupez!”, Hazanavicius dans un sale méta – Libération

Série Z

Article reserved for subscribers

En plein dans sa zone de comfort de pastiche, le cinéaste filme un tournage de série Z zombiesque jusqu’à l’autocaricature, et ouvre le ball du 75e Festival de Cannes.

Faites entrer les fauves – et les morts vivants. The Cannes Festival opens with a meta-comedy on the shooting of a zombie film, profiled for the occasion. De la même manière que l’on parle de “fan service” à propos des films qui flattent l’engouement des fans, il faudrait parler de “Cannes service” pour ces fictions adressées à l’industrie comme un grand coup de coude de connivence . Rien de tel pour lustrer l’ego du gratin cannois, qui exultera de reconnaisance dans Coupez! son ecosystem et ses figures familières, pour certaines allègrement détournées. Un producteur franco-tunisien de haut standing, sous les traits de Lyes Salem, finance ici un nanar bas de gamme, Quentin Dupieux campe un réalisateur de drama français grisâtre le temps d’un cameo… Et tout le monde pourra ergoter à loisir sur l “inspiration behind the character of the immovable actor, played by Finnegan Oldfield, prodige du cinéma auteuriste presented as the “Adam Driver français”, avec un gros melon comme ça.

Cela ne partait pas super bien pour le nouveau film de Michel Hazanavicius, initialement baptisé Z (like Z), et retitré il ya moins d’un mois à la demande de cinéastes ukrainiens. These latter points in effect the symbolically ambiguous charge of the letter Z, which appears on the Russian armored vehicles, and has been seen transformed into a symbol of support for the Kremlin since the beginning of the…

.

Back to top button
MONTAGNEDISTRIBUTION