Quand nos parents vieillissent | magazine VÉRO

On les a vus comme nos piliers, notre source de sécurité. Comment accepter la réalité de leur vieillissement? Et comment bien accompany nos parents dans cette étape de leur vie sans se perdre soi-même de vue? On en parle avec la psychologue et conférencière Rose-Marie Charest

Pourquoi est-ce difficile de voir nos parents vieillir?

Parce que la relation avec nos parents n’est pas rationelle. On vowels qu’ils vont vieillir et mourir, on vowels qu’ils passeront de plus forts que nous à plus faibles que nous mais, émotivement, c’est difficile à accepter. On a été habitués à compter sur eux. They represent our points of reference. En les voyant vieillir, on perçoit leurs limites et cha nous fragilise.

Leur vieillesse nous met aussi face à notre propre vieillissement… et à notre mortality. En même temps que nos parents font le deuil de leur jeunesse, on doit faire le deuil de notre enfance et de notre insouciance. On n’est pas préparés à ça. The most frightening thing is the change in dynamics. On réalise alors que non seulement on ne peut plus compter sur eux, mais qu’on devra sans doute prendre soin de nos parents à notre tour. On peut ressentir de la tristesse, mais aussi de la frustration, voire de la colère. Il faut également faire le deuil des parents idéalisés, ceux qu’on aurait voulu avoir, ceux envers qui on avait des attentes. Voir vieillir nos parents, c’est devoir faire une croix sur beaucoup de choses qu’on aurait aimé vivre avec eux, accepter ce qu’ils sont comme parents et prendre conscience de nos propres besoins ou désirs inassouvis.

Comment se préparer au aging de nos parents?

Mieux on connaît nos parents, plus il sera facile de faire les adaptations que leur vieillissement exigera, tant sur le plan concret que relationnel. En jasant avec eux, avant même que surgissent les problèmes, on devrait les sensibiliser au fait qu’ils potrouint un jour avoir besoin d’aide; on prête attention à leurs priorités, on discusse de leurs attentes, et, le cas êtres, on réajuste le tir. Nos parents sont des adultes habitués à prendre leurs propres décisions. Plus ils participeront à celles qu’on devra mettre en œuvre, plus il sera facile pour nous d’agir de manière appropriée. Il ne faudrait pas réduire leur avenir à la maladie, aux pertes, aux soins et au soutien que cha peut exiger. On devrait aussi les questionner sur leurs projets futures et leurs désirs pour les aider à les préciser. Que souhaitent-ils réaliser? Dans quoi veulent-ils s’investir?

Voyager à l’étranger? Apprendre une autre langue? Faire partie d’une chorale? Pratiker une activité physique? Voir leurs petits-enfants et leurs amis plus souvent? Il ya une multitude de choses qui peuvent intéresser nos parents et faire d’eux des gens plus épanouis. Rappelons-leur que les voir heureux nous rend aussi plus heureux.

Comment savoir que le moment est venu d’intervenir?

Il est parfois difficile de prendre position entre ce qui pourrait être vu comme de la néligence (si on n’agit pas) et ce qui pourrait être vécu comme du nonrespect de la liberté ou de l’intimité de nos parents (si on act). On peut prêter attention à certains indicators, comme l’oubli de prendre leurs médicaments, l’apparition de nouveaux problèmes de santé, des difficulties sur le plan alimentaire, un certain isolation, une confusion qui entraîne des risques. On peut surtout faire réaliser à nos parents quon ne peut pas deviner leurs besoins et les inviter à nous en faire part, tout en leur précisant quon ne pourra pas forcément y donner suite nousmême, mais qu’on les aidera à trouver d’autres ressources. On peut aussi suggérer des formulas to which ils n’ont peut-être pas pensé, comme s’abonner à une popote roulante ou faire leur commande d’épicerie en ligne.

Si nos parents n’admettent pas qu’ils ont besoin d’aide, comment les en convaincre?

Il est probable qu’ils soient réticents au début. Personne ne veut perdre le control de sa vie, sans compter qu’il est humiliant de perdre son autonomie, surtout devant ses enfants. C’est pourquoi il est si important d’implicer nos parents, autant que possible, lorsqu’on planinie l’aide dont ils auront besoin. Ça les incitera à nous considerar davantage comme un partenaire que comme quelquun qui intervient soudainement pour decréter des changements. Tant que nos parents ne sont pas en danger immediat ou en situation de risques importantes, on essaie de ne rien imposer. On peut commencer par des approches moins intrusives, en se concentrant sur un ou deux besoins essentiels, et augmenter le niveau d’aide au fur et à mesure.

Back to top button
MONTAGNEDISTRIBUTION